Réserver l'Hôtel

Réserver Golf

La Cala News

Pourquoi les asiatiques sont les meilleures golfeuses du monde?

5 July 2016

Savez-vous combien de joueuses asiatiques il y a parmi les dix premières du classement mondial ? Sept, en comptant la première et la deuxième, les sud-coréennes Lydia Ko (de nationalité néo-zélandaise mais née à Séoul) et Inbee Park.

mejores golfistas del mundo

Et combien d’hommes asiatiques dans le top 10 des meilleurs golfeurs au monde? Aucun. Le premier de ce classement des meilleurs est le japonais Hideki Matsuyama qui apparaît à la quinzième place, et le suivant, le sud-coréen Byeong Hun An, qui occupe la vingt-septième place. Jetons maintenant un coup d’œil au classement du LPGA Tour, Circuit Féminin Américain, le meilleur du monde. Elles sont également sept à occuper les dix premières places. En tête, Lydia Ko. Du côté masculin, dans le top 10 du PGA Tour, seulement un et de justesse (le dixième): Matsuyama.
Il est évident que les joueuses asiatiques, en particulier les Sud-Coréennes (cinq parmi les dix premières dans le classement LPGA), ont un don qui les distingue du reste de leurs rivales d’autres régions du monde. La question est de savoir d’où provient ce talent si spécial pour le golf.

Dévouement, formation et sacrifice para réussir dans le golf

Il existe plusieurs hypothèses à ce sujet, mais celle qui a le plus d´adeptes est la théorie de l’énorme dévouement, qui accompagne la carrière de ces jeunes femmes depuis qu’elles sont des petites filles et qui les mène à l’abnégation.

Le cas de Lydia Ko peut être un paradigme de cet immense effort qui conduit certaines joueuses asiatiques au sommet du golf mondial. Il y a quelques mois, à l’âge de 18 ans, elle est nommée Joueuse de l’Année du LPGA Tour, et il est probable que nous nous trouvions devant la golfeuse de cette décennie. Ko, qui présentait déjà des indices de ce qui allait arriver, lorsqu’à l’âge de seulement 14 ans, elle devient la plus jeune amateur à remporter un tournoi professionnel, est en train de démontrer qu´à ses 19 printemps elle est un phénomène extraordinaire de golf. Si nous la comparons avec d’autres « extraterrestres » sportifs, Tiger Woods fut nommé Joueur de l’Année quand il avait 21 ans, et les plus jeunes stars du football, du basket-ball, du baseball et du hockey des championnats américains ont remporté ce prix quand ils avaient entre 19 et 22 ans.

En février 2015, à l´âge de 17 ans et 9 mois, Ko est couronnée numéro un du classement mondial. Sept mois plus tard, elle devient la joueuse la plus jeune à remporter un Grand Chelem, âgée de 18 ans et 4 mois ; et cette année en avril elle bat un autre record, en devenant la plus jeune des joueuses à remporter deux Grands Chelems. Avant d’atteindre la majorité, elle est nommée par le magazine Time comme l’une des 100 personnes les plus influentes du monde.

Pour illustrer les sacrifices que les jeunes asiatiques sont obligées de faire pour réussir dans le meilleur circuit professionnel dans le monde, il suffit de lire l’une des déclarations de Ko lorsqu’on l´interroge sur son temps libre: «J’adorerais sortir un samedi soir avec mes amis et regarder un film, mais ça n’arrive réellement qu’une ou deux fois par an ».

Le fait est que la pression subie pour essayer de réussir est terrible. Et la plupart du temps, on trouve son origine dans les familles des jeunes filles, qui réalisent un effort économique énorme si elles croient que leur fille peut réussir dans le monde du golf. Il n’est pas étonnant que de nombreux parents quittent leur pays et vendent leurs biens pour accompagner leurs filles dans l’aventure américaine. Les jeunes montrent un profond respect envers leurs parents et savent qu’elles doivent correspondre avec ténacité à la confiance qu’ils ont déposée en elles. «Le golf c’est à peu près le 99,9 pour cent de ma vie», admet Ko, “donc je n’ai pas beaucoup de temps pour sortir avec mes amis.”

En plus de la culture de l’effort et du respect filio-parental, si ancrés dans l’Extrême-Orient, l’une des causes qui explique l´essor et le succès du golf féminin asiatique est l’apparition des premières personnalités de renom dans ces régions. Dans ce sens, la coréenne Se Ri Pak a causé un grand impact, grâce à une carrière brillante sur le LPGA Tour, depuis son inscription en 1978. Avec vingt victoires, dont plusieurs Grands Chelems, sur le meilleur circuit du monde, elle est devenue une icône à imiter par ses compatriotes; depuis ce jour, le golf féminin coréen commença à prendre de la force.

Une des autres raisons pour laquelle les parents encouragent leurs filles à lutter hardiment dans la pratique du golf est la possibilité, au cas où elles se distingueraient suffisamment dans cette discipline, d´être recrutées par une université américaine et d´y poursuivre leurs études grâce à une bourse.

Comme dirait

Pour cela il faut de la patience… et les golfeuses asiatiques en ont beaucoup.

Voir toutes les news »
PARTAGER:    
We use Cookies - By using this site or closing this, you agree to our Cookies policy. More info about cookies
Accept Cookies
x